Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

reportage photos que je réalises a l’occasion d’événement auquel je participe ou lieu que je visite

10 Jan

chez l'ancien bourrelier Decreton

Publié par David Debruyne  - Catégories :  #patrimoine, #histoire

chez l'ancien bourrelier Decreton

Depuis quelques années à l'angle de la rue Pierre Loti et l'avenue de l'ancien village est sortie de terre un immeuble appelé résidence du bourrelier, pour les plus jeunes bourrelier qu'est ce que c'est ?

Bourrelier est un métier disparu. Il était présent dans tous les villages et travaillait aussi bien le cuir, la laine et les grosses toiles. Il fabriquait et réparait tout le matériel comme les licols, les harnais, les capotes, les bâches, les tabliers et les besaces des éleveurs et utilisateurs de bovins et d'équidés qui étaient les moyens de locomotion et de travail de la terre. Il pouvait aussi fabriquer des matelas et autres accessoires. Dans certaines régions, le bourrelier était aussi appelé harnacheur.

vue aérienne de l'avenue de l'ancien villageet  du café Decreton  en 1936 encadré en bleu. a cette époque la rue pierre Loti n'existé pas

vue aérienne de l'avenue de l'ancien villageet du café Decreton en 1936 encadré en bleu. a cette époque la rue pierre Loti n'existé pas

Cette résidence s'appelle résidence du bourrelier car a cette emplacement était situé le café Decreton bourrelier. Pour l’anecdote, le 15 septembre 1944 quand les allemands sont arrivés dans le village, ils sont rentrés dans la première habitation du village qui était le café Decreton bourrelier.

« les allemands arrivèrent donc au village le 15 septembre vers 20 h 30 et entrèrent dans la première maison, chez le bourrelier Eugene DECRETON et ordonnèrent à sa fille Suzanne de les conduire chez le Maire, il fallait rassembler tous les habitants dans l’église sous prétexte qu’il y avait des terroristes et qu’il y allait avoir un gros bombardement. Affolée, Suzanne Decreton alla prévenir Madame FONTEYNE, la fermière qui habitait juste en face. Celle-ci n’avait pas peur des allemands et leur expliqua qu’il n’y avait pas de terroristes au village, que les habitants étaient de braves gens, qu’il ne fallait pas faire cela et les laisser partir. Finalement et heureusement, les allemands finirent par changer d’avis. Suzanne DECRETON les conduisit alors chez le garde-champêtre, Julien VANDENBROUCKE à qui ils ordonnèrent de les suivre, pour chasser les habitants dans l’heure »

la nuit du 15 au 16 septembre 1944 le café Decreton comme tout le village a été détruit à la libération et c'est ce bâtiment qui a été construit.

chez l'ancien bourrelier Decreton

Suzane Ringot était l’épouse de Jean Labyt qui était cultivateur. Par la suite ils ont repris l'activité du café qui était connu pour être le café Labyt mais tout le monde savaient que c’était Suzanne Decreton qui dirigeait....

dans les années 90 la mairie de Grande-Synthe repris le bâtiment pour y faire la maison du Patrimoine. 2 associations se la partagaient le rez de chaussée c’était l'association mémoire de Grande-Synthe qui en avait fait un petit musée sur l'histoire de la ville. J'en ai été le vice président de 2001 à 2007 où j'ai été démissionné (mais ça c'est une autre histoire). En 2006 l'association déménage à l'atrium (quartier de l'Albeck) le bâtiment par la suite a été démoli puis c'est la résidence du bourrelier qui a été construite ; mais peux de chance que ce bâtiment ai une aussi longue vie , rendez vous dans 50ans ou avant ......

résidence du bourrelier qui malheureusement ne respecte pas l'architecture de l'ancien village

résidence du bourrelier qui malheureusement ne respecte pas l'architecture de l'ancien village

Commenter cet article

À propos

reportage photos que je réalises a l’occasion d’événement auquel je participe ou lieu que je visite